Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

Questions orales
Ce matin, dans le cadre d’une audition en commission des finances, j’ai questionné M. Martin Vial, Commissaire aux participations de l’Etat (Agence des participations de l’Etat), sur les conflits d’intérêts de l’Etat actionnaire, dans un contexte où l’actionnariat étatique entreprend sa transformation pour devenir davantage partenaire des acteurs économiques au service de la croissance et de l’innovation.
Je lui ai fait part de 3 interrogations. La première était relative à la gestion par l’Etat actionnaire de ses actifs au sein des secteurs de la défense et de l’aéronautique. La seconde lui demandait des informations sur la manière dont l’Etat actionnaire prévoit d’être, désormais, plus stratège. La troisième lui demandait confirmation du fait qu’à la Banque publique d’investissement sera confiée la gestion des participations minoritaires de l’Etat.
Le Ministre de l’économie et des finances Bruno Lemaire, prévoit le lancement d’un programme de 10 milliards d’euros de cessions de participations pour alimenter un fond pour l’innovation. C’est le premier signe fort d’une entreprise de clarification du rôle de l’État actionnaire, et de redéfinition de sa stratégie d’investissement.
Le Gouvernement est en train de définir et de formaliser la nouvelle doctrine d’investissement autour des entreprises les plus stratégiques. Cela signifie que l’État actionnaire va céder certaines de ses participations et en acquérir de nouvelles, en prenant en considération l’évolution des secteurs compétitifs, et des services publics.
Tout cela va être défini par le Gouvernement dans les prochaines semaines, et présenté et discuté au Parlement.

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.