Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

Questions orales
Olivier Gaillard Commission élargie Crédits 2018 Défense (2 novembre 2017)

Commission élargie : Crédits 2018 : Défense

Dans la nuit du 2 au 3 novembre, le député Olivier Gaillard a présenté et soutenu son rapport spécial portant sur le budget opérationnel de la défense dans le cadre d’une commission élargie impliquant des commissaires des Finances, de la Défense, des Affaires étrangères, et Madame la Ministre des Armées, Florence Parly.

Cela faisait deux mois au cours desquels Olivier Gaillard, Député du Gard, avait auditionné des hauts responsables de l’administration militaire (Jean Paul Bodin, Secrétaire Général de l’Administration) et des finances (François Desmadryl, Sous-directeur chargé de la 5ème sous-direction de la direction du budget ainsi que Quentin Comet, Chef du bureau de la défense et de la mémoire), et les Chefs d’Etat major des trois armées (les Généraux Jean-Pierre Bosser, pour l’armée de Terre, André Lanata pour l’armée de l’air, Christophe Prazuck pour la Marine). Il avait pu ainsi écouter et questionner, sur les besoins exprimés par l’administration et l’engagement des forces armées, d’une part ; sur les trajectoires des évolutions de crédits au regard du passé, du présent, de ce qui est envisagé pour préparer l’avenir, d’autre part.

Comme aboutissement de ces auditions et d’un travail d’examen des crédits proposés pour 2018, il présentait, hier, en Commission élargie, son rapport spécial portant sur le budget opérationnel de la défense. Il s’est livré à cet exercice aux cotés d’un deuxième rapporteurs spécial issu de la commission des Finances, de commissaires rapporteurs pour avis issus des commissions Défense et Affaires étrangères, et de Madame la Ministre des Armées, Florence Parly.

Lors de son intervention orale, il abordait successivement les lignes de forces de deux programmes budgétaires de la Défense sur lesquels portait son rapport, et questionnait Madame la Ministre sur les orientations de la future loi de programmation militaire. Ne pouvant pas tout résoudre en une seule fois, sur un seul exercice budgétaire, le budget Défense pour 2018 se devait de produire des efforts de réponse immédiate en même temps qu’amorcer une remontée en puissance des forces sur plusieurs aspects, pour préparer l’avenir. Olivier Gaillard a fait remarquer que du point de vue des deux programmes qu’il a examiné, les efforts budgétaires attendus se traduisent en augmentations de crédits significatives dans des domaines tous aussi cruciaux les uns que les autres, du très court terme au moyen terme : l’entretien programmé du matériel, la protection du soldat, les équipements, les infrastructures de défense intimement liées aux programmes d’armement et à la condition de vie militaire, où les besoins sont très forts et urgents, mais aussi le Renseignement et la Cyberprotection.

Le député gardois a insisté sur le fait qu’il conviendra de reconduire et amplifier ces efforts pour les années suivantes, en cohérence avec la nouvelle Loi de programmation militaire qui sera présentée au premier trimestre 2018.

Le député a aussi souligné que ce budget s’attelle immédiatement à améliorer le quotidien des forces armées, la condition de vie militaire, avec le Plan Famille ; une nécessité absolue parce que les difficultés de fidélisation dans un contexte de haut de niveau d’engagement exigeaient aussi une réponse adressée directement aux hommes et femmes des armées.

Enfin, il a exposé ses interrogations à la Ministre des Armées. Il a, notamment, sollicité des renseignements sur la manière dont les surcoûts liés aux opérations extérieures seront financés par le budget, conformément au principe de sincérité budgétaire. La Ministre a répondu que suite aux annulations de crédits et de réouvertures concomitantes opérés cet été, une provision d’ 1.1 milliard d’euros. Concernant le reste de surcoût à financer, la Ministre s’est montrée raisonnablement confiante s’agissant du recours au financement interministériel. Pour 2018, elle a rappelé que le réhaussement de la provision OPEX à 650 millions d’euros témoigne d’une évaluation plus sincère du coût de ces interventions, qui sera davantage supporté par le ministère des Armées, sans que cela n’exclue toute solidarité interministérielle. En réponse à deux autres questions d’Olivier Gaillard, la Ministre a pu apporter des précisions sur la trajectoire future des ressources humaines au sein du Ministère, et sur la programmation bénéficiant à l’amélioration de la condition de vie militaire : une augmentation de 1500 emplois sur 5 ans, tendance à maintenir, une enveloppe de 300 millions pour la condition militaire programmée sur 5 ans dont les objectifs seront déclinés en Loi de programmation militaire.

Dans un contexte contraint au niveau budgétaire, trois chiffres clefs attestent d’une réelle volonté en faveur des armées : 1,8 Md euros : hausse des crédits budgétaires par rapport au budget des armées en 2017. Un effort d’ampleur exceptionnelle ; la mission budgétaire Défense s’élève 34 Md euros, soit 5% d’augmentation par rapport à 2017 ; la Loi de programmation des finances publiques prévoit une augmentation du budget défense d’1,7 Md euros par an jusqu’en 2022, soit 190 milliards d’euros d’investis en 50. Cela représente une hausse équivalent à un budget annuel comparé à l’investissement produit sur 5 ans par le quinquennat précédent.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.