Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

Au national

Le rassemblement national est à nouveau la force politique sortie en tête lors de ces élections européennes, accusant l’Europe de tous les maux, invoquant le retour des Nations, en passant sous silence les conséquences prévisibles et dramatiques pour les peuples européens.    

Nous avons ressenti un moment décisif dans une Europe et un monde où les pouvoirs nationalistes et autoritaires ont le vent en poupe. Cela explique en partie la hausse importante du taux de participation (50,4%).     

Pour autant, les résultats montrent que l’ensemble des forces politiques pro européennes sont loin d’être marginalisées. Elles sortent majoritaires. La liste renaissance a bien résisté (22,5%). Ce scrutin n’a pas été un référendum anti présidentiel.     

Nul besoin d’un européisme béat, ni d’un scepticisme outrancier. La lucidité doit l’emporter. Dans les territoires ruraux que je sillonne, je constate que les politiques publiques européenne et nationale, étroitement liées, peinent de plus en plus à susciter l’adhésion et la confiance dans une ruralité où les citoyens se sentent éloignés des services, des facilités et des opportunités concentrées dans les métropoles. Un sentiment de citoyen de seconde zone sur lequel j’alerte régulièrement.    
L’urgence est d’harmoniser l’Europe vers le haut plutôt que de la niveler par le bas, de la rendre plus protectrice moins agressive par la lutte contre le dumping fiscal, les distorsions de concurrence, taxation des GAFA ...    

A côté du scepticisme européen bien réel, il y a une convergence certaine. Des partis du centre au Parti socialiste, en passant par l’Ecologie, l’aspiration générale est celle d’une Europe moins conservatrice, plus transparente, humaine et écologique.    

Tous mes vœux, et mon engagement vont dans le sens d’un nouveau contrat social européen luttant contre le changement climatique, et le creusement des inégalités sociales et économiques en Europe.    

Nous avons tous intérêt à ce que les représentants de la liste Renaissance, comme des autres listes sociales démocrates, sachent s’unir avec d’autres forces européennes compatibles. Une force centrale propice aux consensus et au progrès, dépassant un clivage droite/gauche simpliste et stérile pour bon nombre de sujets.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.