Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

Au national

Hier, aux alentours de 15h une publication Facebook, sur le groupe Quissac, une personne membre des gilets jaunes relaye une photo qui fait apparaitre un écriteau portant mentionnant « Macron, Gaillard », posé au pied d’un objet représentant un cercueil surmonté d’une couronne funéraire. Publication accompagnée des mots suivants : « Demain à 15h n’oubliez pas d’aller accueillir notre chère député ». D’autres publications et commentaires ont été postés, au ton injurieux et menaçant, ciblant directement l’élu. « … il et le prochain de la liste noire … » ou « … c une petite merde la pute … », entre autres.

 

Les publications d’hier soir, émanant d’un petit groupe d’individus, qui continuent aujourd’hui, répandent de la haine de la violence et de la discorde, un climat de règlement de comptes, d’agressions personnelles.

 

C’est intolérable.

 

L’enjeu dépasse largement ma propre personne. Le moment est grave et déterminant. De tels messages portent des coups à l’unité nationale. C’est pour cette raison que je considère que la responsabilité est collective et républicaine.

 

Je tiens à souligner que l’emploi de certains mots et symboles violents sur la place publique et sur les réseaux ont une portée qui engagent leurs auteurs parce qu’ils peuvent embraser les esprits, faire perdre la raison.

 

Le dialogue et le respect mutuel doivent résister.

 

Pour cela, le message politique que je porte est l’exigence d’une plus grande attention, et d’actions concrètes en direction de celles et ceux qui ressentent, depuis nombre d’années, le durcissement d’une fracture territoriale. Ce sentiment d’injustice de payer excessivement par rapport à ce que l’on reçoit en termes de transports, de mobilités, de services publics.

 

Quotidiennement au plus proche de terrain, en lien avec les citoyens que je rencontre, je m’efforce de relayer l’ensemble des problématiques, de formuler des propositions pour répondre à un impératif : le renforcement de la proximité, de l’égalité territoriale.

 

Lorsque l’attente sociale est si forte, on ne peut se passer de dialogue, d’explications, et surtout de résultats concrets. Force est de constater que la temporalité de l’action publique est en décalage fort avec les besoins accumulés et exprimés par la population.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.