Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

Par ce communiqué, Olivier Gaillard vous informe des traductions concrètes de son implication en faveur de la prise en compte, au niveau national, des problématiques de la viticulture et des pistes d’amélioration des conditions d’exercice de cette activité agricole.

Avant même l’ouverture de la session extraordinaire, ses interventions ont commencé par un courrier adressé au Ministre de l’agriculture appelant son attention sur la problématique des pratiques d’étiquetages frauduleux. Ce courrier insiste sur les effets cumulés du déficit d’harmonisation des normes, et des pratiques faisant fi de l’exigence de transparence des appartenances géographiques des produits.

Par la suite, il a déposé, le 10 juillet, une question écrite qui porte sur les problématiques affectant, sans distinction les filières agricoles, afin d’obtenir des éléments d'information sur la stratégie de son ministère et sur les actions à venir pour y répondre : rénovation de la PAC, harmonisation des réglementations au niveau européen, simplification des réglementations à l’échelle nationale. Cette question appelant ainsi le Ministère à argumenter sur la cohérence qu'il souhaite établir entre ces stratégies, qu'il peut faire avancer au niveau communautaire, et les actions qu'il est susceptible de mener en vertu de sa propre compétence gouvernementale. Par le biais de cette question écrite, il demande au Ministre de l’agriculture, des renseignements, un état des lieux, sur les progrès et/ou blocages dans les négociations au niveau européen en matière de rapprochement des normes, de régulation des marchés agricoles. S’agissant de l'amélioration des outils de gestion des risques (gel, sécheresse), axe d'amélioration de la PAC, Olivier Gaillard a fait connaitre son souhait d’être informé des mesures que le ministre prévoit de faire adopter. Enfin, pour ce qui relève davantage de la réglementation nationale, cette question écrite relaye l’impératif de soulager les agriculteurs du poids des procédures. Par exemple, s’agissant de la construction de réserves d’eau, des procédures complexes, en grande partie liées au « verdissement de la PAC », rigidifient et empêchent bien souvent des initiatives qui pourtant iraient dans le sens d’une gestion plus efficiente de l’eau, plus adaptée au changement climatique. L'exécutif actuel a témoigné de son attachement à la simplification du droit et des procédures, devenues trop souvent handicapantes. Le député lui a donc demandé qu’il soit fait état des suites que le Gouvernement souhaite donner à l’objectif qui consiste à répondre aux cas de “sur réglementation” qui contraignent excessivement et inutilement les agriculteurs au regard des intérêts environnementaux à défendre.

Ensuite, au cours de ses visites de caves, une vingtaine sur le territoire de la 5e circonscription, il a envoyé aux Ministres concernés, de l’Agriculture et de la Santé, un courrier relatif à la campagne de prévention de l’abus de consommation d’alcool, un courrier (en date du 6 août) attirant leur attention sur l’illustration choisie d’un tirebouchon sur l’une des affiches, qui stigmatise la filière de la viticulture française. La viticulture étant intimement associée au patrimoine gastronomique de notre pays et à la qualité de ses terroirs, de ses paysages, ce choix d’illustration est tout à fait contestable compte tenu du fait qu’à l’évidence, le vin n’est pas le seul produit alcoolisé présentant des risques lorsqu’il est consommé avec excès. Il a rappelé que bien d’autres alcools entrent dans le cadre des consommations excessives : alcools forts (vodka, whiskies, pastis...) et prémix (dits aussi alcoolpops) prisés par les jeunes dans le cadre de pratiques à la mode particulièrement dangereuses qualifiées de binge drinking.

Olivier Gaillard a également adressé au Ministre de l’agriculture une demande de rendez-vous commun impliquant des représentants locaux de la profession. Par ce courrier en date du 6 août, il lui a fait part de l’état de la situation de la viticulture dans la 5e circonscription, dans le Nord – Nord- Ouest du Gard. Cette dernière subit les difficultés croissantes d’une viticulture qualitative aux coûts de production relativement élevés et aux rendements très instables, qui est fortement concurrencée par les productions d’autres pays européens qui écoulent des quantités croissantes de qualité moindre. A ces difficultés s’ajoutent celles liées à une surexposition aux aléas climatiques liés à la sécheresse puisque les réseaux d’irrigation sont quasi inexistants. Compte tenu de cette situation ainsi décrite, Olivier Gaillard a donc proposé au Ministre d’échanger, dans le cadre d’un rendez-vous commun, sur les solutions et mesures envisagées par le ministère au niveau national, ou défendues au niveau européen dans le cadre de la réforme de la PAC, notamment.

Enfin, au regard du constat d’une raréfaction de la ressource en eau très préjudiciable à la stabilité de la production viticole en pays cévenol, Olivier Gaillard a pris l’initiative de proposer à l’ensemble des présidents de caves, de se réunir pour réfléchir, échanger, dialoguer ensemble, pour évaluer la situation actuelle et susciter une dynamique de recherche de solutions adaptées aux caractéristiques du territoire et aux besoins de la filière. Date, lieu, et composition précise de cette réunion seront communiqués très prochainement. 


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.