Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

À l'Assemblée Nationale

Dans le sillage de l’important travail que le député a effectué en tant que rapporteur spécial du budget opérationnel de la défense à l’occasion de la discussion budgétaire pour 2018, cette nouvelle nomination lui donne des responsabilités sur un texte capital pour le devenir de nos armées et de notre effort de défense. Dans le cadre de la préparation de son rapport qui proposera un avis à la Commission des finances sur ce texte, il procédera, demain et mercredi, à des entretiens individuels, et participera à des auditions menées par la Commission défense, afin de multiplier et croiser les points de vue du cabinet du Ministère de la Défense, de la Cour des comptes, des représentants des personnels civils et militaires. Ce rapport s’attelle à des questions qui engagent notre avenir, et exigent des réponses budgétaires les plus lucides et sincères possibles car une mauvaise gestion se paye très cher à terme.

Quels objectifs des dépenses de défense à l’horizon 2025 ? A combien s’élèvera l’effort budgétaire sur les six prochaines années ? Comment s’échelonnera-t-il ? Nous permettra-t-il d’atteindre le modèle d’armée que nous visons ? Comment estimer les surcouts liés aux opérations extérieures et missions intérieures et comment les financer ? Autant de questions auxquelles la LPM s’emploie de répondre, et qui appellent des analyses, des propositions de la part du rapporteur pour avis Olivier Gaillard. Autant de questions qui reflètent « tout l’enjeu de se projeter au-delà de 2018, pour retrouver une trajectoire budgétaire cohérente avec des ambitions clairement identifiées, après des années de coupes budgétaires et de sous estimations budgétaires tout à fait regrettables. Cette LPM renoue avec des hausses budgétaires régénérant l’équipement, le matériel, accélérant les grands programmes d’armement, investissant sur la dissuasion, le renseignement et la cybedéfense, mais aussi, et ceci était devenu trop rare, sur le quotidien des personnels militaires et civils ». Car en effet, la condition militaire ne peut s’améliorer sans prendre en considération sa vie familiale.

La loi de programmation militaire est un texte vivant amené à évoluer, mais il doit avoir des fondations saines. Le député Gaillard plaide d’ailleurs pour un contrôle parlementaire plus poussé de l’exécution budgétaire. Pour cela il souhaiterait « renforcer l’information financière du Parlement, mais aussi qu’un bilan géostratégique soit remis aux parlementaires. Ceci serait un apport précieux au moment où il conviendra de réactualiser et consolider cette future loi de programmation militaire » qui doit « s’adapter aux évolutions de la conjoncture économique et de nos finances publiques, de l’environnement international et européen, à une dose certaine d’imprévisibilité en somme »


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.