Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

À l'Assemblée Nationale

J'ai été nommé, ce jour, au sein de la commission d’enquête nouvellement créée, portée par le groupe UDI, Agir et Indépendants sur la situation, les missions et les moyens des forces de sécurité, qu’il s’agisse de la police nationale, de la gendarmerie ou de la police municipale.

Une nouvelle mission qui fait écho aux responsabilités que j'assume déjà.

En effet, rapporteur du budget opérationnel de la Défense, et auditeur à l’Institut des Hautes Études de Défense, j'ai également initié et participe actuellement au suivi d’une enquête menée par la cour des comptes, sur l’emploi des réserves dans les différentes forces de sécurité.


Un bilan global d’une situation préoccupante  

L’année 2018 s’est soldée par 33 suicides de gendarmes et 35 suicides de policiers.

Dans le contexte actuel, rendre hommage aux forces de l’ordre, c'est légitime, mais une enquête et une réflexion globale sur leurs conditions de travail s'imposent. Car au-delà des moyens financiers et matériels, notre sécurité est garantie par des hommes et des femmes.

Les forces de sécurité exercent aujourd'hui leurs fonctions dans un contexte dégradé, d'augmentation permanente de leur charge de travail, toujours au péril de leurs vies. Les hommes et les femmes en ressortent épuisés (suicides et risques psychosociaux en augmentation).

La recrudescence de la menace terroriste, de la délinquance mais aussi des manifestations violentes mettent les forces de l'ordre face à des défis d'une ampleur nouvelle.

Les moyens financiers, matériels, et leur doctrine d'emploi ne semblent pas toujours en adéquations avec cette évolution des missions.

 

Cette mission qui durera de quatre à cinq mois sera présidée par Michel Zumkeller (UDI). Son rapporteur sera Jean Michel Fauvergue (LAREM).


* Depuis la révision constitutionnelle de 2008, l’importance des commissions d’enquête a été consacrée dans la Constitution qui lui a conféré un fondement constitutionnel.
Les personnes et organismes que la commission sollicite ont l’obligation de répondre à ses convocations. Elle dispose de pouvoirs de contrôle sur pièces et sur place des rapporteurs. Le non-respect de ces obligations expose à des poursuites pénales.

 

Consulter la Proposition de résolution.

 

(Illustration) / © MAXPPP


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.