Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

À l'Assemblée Nationale

Je me suis porté signataire d'une tribune présentée par Lionel Causse (député des Landes), portant sur les « nouveaux OGM » (dits aussi « New Breeding Techniques » - NBT). Son objectif qui consiste à interdire, dans l'immédiat, leur culture sur le territoire national, me parait pertinent.

En effet, ces « nouveaux OGM » créés par de nouvelles manipulations génomiques échappent encore à la qualification d’OGM dans la réglementation européenne et nationale. Cette tribune vise le rattachement des fruits de ces nouvelles manipulation à cette qualification au niveau européen pour qu’ils ne puissent pas, dans l’immédiat, faire l’objet d’un culture autorisée sur le territoire national. La France fait encore usage de sa clause d’exclusion, au niveau européen, qui lui permet d’interdire les OGM. Une telle démarche ne signifie cependant pas de faire une croix sur l’exploration du potentiel de développement des "nouveaux OGM". Au contraire. Cette pétition est un appel à la précaution, dans un premier temps, afin que ces OGM nouvelle génération fassent, chacun, l’objet d’une analyse spécifique dans le giron de la recherche publique (en laboratoire et en confinement) avant de les abandonner aux intérêts privés.

Cette pétition est aussi le moyen de faire valoir l'exigence d'une régulation des marchés comme condition préalable à la culture de ces "nouveaux OGM". Les marchés des semences ne sont pas suffisamment régulés. Quelques entreprises fixent les prix et contrôlent les variétés. Pour une agriculture durable il faut une diversité de semences.

Je considère donc que pour l’heure, la prudence est de mise s’agissant de ces "nouveaux OGM".


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.