Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

Au national

"Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son partenaire, ou d’un ancien partenaire.

L’année dernière, 225 000 femmes ont été victimes de violences physiques de la part de leur partenaire, ou ex-partenaire.

20% de ces drames se déroulent le dimanche, sous les yeux des enfants.

Moins d’une femme sur cinq a porté plainte.

Et ces chiffres, malheureusement, n’évoluent pas.

Ces violences, encore si nombreuses, la souffrance des victimes et les silences, toujours trop présents dans notre société, ont été soulignés par Muriel Robin et 87 autres personnalités dans une tribune parue dimanche dernier dans les pages du JDD*.

Le Président de la République s’est d'ailleurs montré particulièrement « sensible » à l’appel des 88 personnalités. Et quelques semaines après le vote définitif du projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, nous, cosignataires de cette tribune, parlementaires issus de tous bords politiques, nous rattachons à cet appel et à cette Grande cause nationale pour une parole toujours plus forte, face à la souffrance et au silence des victimes, mais aussi de leurs familles.

Toutes et tous, nous connaissons des femmes battues. Toutes et tous avons été, comme nos concitoyens, touchés et émus par les nombreuses affaires de violences conjugales. Pourtant, malgré l’émoi national qu’il génère, le sujet reste tabou et ce silence, qui s’installe et demeure dans nos villes et dans nos campagnes, touche toutes les catégories sociales.

Bien sûr, notre société doit se mobiliser, pouvoir intervenir et dénoncer les actes de violences conjugales. En ce sens, depuis l’année dernière, le Gouvernement a fixé des objectifs et a décidé de mettre en place des actions pour avancer dans ce domaine, parmi lesquelles : un budget alloué de 420 millions d’euros , des appels à projets, des plans nationaux de formation, le lancement de la campagne de communication « Réagir pour tout changer » dès le dimanche 30 septembre 2018 pour interpeller les témoins de ces violences, et l’annonce récente par Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, Chargée de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, de la création d’un dispositif de partage d’alertes pour détecter les violences. Par ailleurs, nous sommes tous reconnaissants des initiatives efficaces déjà développées par la société au sein de nos territoires, et notamment par les associations qui, à travers leurs compétences et expertises, s’engagent chaque jour pour protéger, accompagner, aider et soutenir ces victimes qui ont besoin d’une aide d’urgence et de long terme.

Mais le chemin reste encore long, et l’urgence réelle : nous ne pouvons plus laisser les dizaines de milliers de victimes et leurs enfants souffrir, et en silence. C’est pourquoi nous, parlementaires, sommes et resterons mobilisés de nos circonscriptions à Paris, pour que ce fléau silencieux, Grande cause nationale de l’année 2018, résonne dans tous les territoires et auprès de tous les acteurs."

 

*Sauvons celles qui sont encore vivantes », Journal Du Dimanche, Edition du 23 septembre 2018

Disponible sur : https://www.lejdd.fr/societe/sauvons-celles-qui-sont-encore-vivantes-lappel-de-personalites-contre-les-violences-conjugales-3762068  

 

Copyright : Le Huffington Post


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.