Olivier Gaillard
Député de la 5ème Circonscription du Gard

En circonscription

Ce matin, au coté de mon binôme départemental, Françoise Laurent Perrigot, je continuais mes rencontres de vendanges, à la cave de Cardet tout d'abord avec Palmiro Brioni, Président, Fabien Cruveiller, maire, puis à la cave des Portes des Cévennes à Massillargues et Attuech avec Sébastien Fassouli, Patrick Fesquet, Président, et @Eric Toreilles, maire, et enfin à la cave de Durfort et Pompignan avec Michel Souchon, Président, et Rémi Alary, maire. L'idée de développer les solutions de stockage de l'eau à échelle d'exploitation ou de groupement d'exploitations fait son chemin.

J'assure tous les viticulteurs, et autres agriculteurs, de mon engagement total à leurs cotés s'ils s'attellent à monter des dossiers pour des projets de stockage. Je sais au combien les aspects administratifs et procéduraux de ces dossiers sont lourds, et que les autorisations sont difficiles à avoir.
Depuis deux ans, j'appuie les projets, et me mobilise à mon niveau pour que l'administration soit plus facilitatrice en la matière.

Niveau rendements, la récolte 2019 est, pour l'instant, très irrégulière selon les parcelles, mais globalement les grains sont très petits et d'une haute concentration. Les rendements varient du simple au double et les cépages méditerranéens sont ceux qui s'en sortent le mieux, et une excellente qualité pourrait en ressortir.

Le vignoble Cévenol, c'est une diversité de terroirs, de sélections parcellaires et de méthodes pour atteindre des niveaux de qualité remarquables comme en témoignent les débouchés au niveau du territoire et bien au delà, à l’échelle mondiale. Pour autant, des solutions locales et concrètes d'accès à l'eau sécuriserait davantage les rendements par rapports aux aléas climatiques, et renforceraient les perspectives de ce territoire, son potentiel évident au vu des efforts déjà importants de la viticulture pour s'adapter : forte progression du Bio, de la haute valeur environnementale, notamment.

A l'heure actuelle, il est de notre responsabilité collective d'accompagner les agriculteurs, mais aussi les chasseurs, trop souvent stigmatisés, vilipendés, alors même que leurs activités, exposées à des défis économiques et écologiques, sont essentielles à l'équilibre des rapports entre l'humain et l'environnement. Protéger l'agriculture revient à protéger les espaces naturels, et répond à la désertification des zones rurales.

La grande majorité des agriculteurs s'efforce de s'adapter à l'évolution de l'opinion publique.

Trop souvent cette dernière est impitoyable avec l'agriculture proche de chez elle – alors que l'agriculture de nos territoires, en France, est l'une des plus respectueuses de l'environnement, au monde -, et conciliante avec les importations de produits qui ne respectent pas les mêmes standards.

Le réalisme et la cohérence s'imposent à tous. C'est ainsi que nous avancerons ensemble.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.